• 32654 visits
  • 248 articles
  • 2641 hearts
  • 1895 comments

Je suis de retour 06/06/2015




Après un bon moment d'absence je me reconnecte. Et ça fait bizarre de voir que j'ai toujours autant de visite. Mais ça fait aussi très plaisir.  Je fais cet article pour vous dire que je suis bel et bien de retour. Depuis bientôt un an ^^  Oui je sais j'aurais put le dire avant. Mais je viens de me reconnecter ici aujourd'hui ^^  Alors je vous laisse le lien de mon nouveau blog qui est aussi sur le tiva. Et oui, si le nom vous est familier c'est normal ^^
 
http://tiva1995-2.skyrock.mobi/

Bienvenue 23/10/2010

Bienvenue sur ce blog spécial tiva où j'espère vous transporté par mes écrits. Je tiens à vous dire que toutes mes ships seront inspirer par mon imaginations ou bien par d'autre blogs tiva.
Bonne lecture

Magie de l'écriture 28/07/2012

                                                                                                                                                         
                                                La magie de l'écriture
 
L'écriture c'est magique, voilà pourquoi j'écris. Avec des mots on fait rêver les gens... On les fait rire, on les fait pleurer, on leur serre le coeur, on les rends heureux... Et pleins d'autres sentiments et émotions qu'on peut créer rien qu'avec l'écriture. Quand on a le don de l'écriture il ne faut pas le garder pour soi. Certains sont capable de tellement de choses... rien qu'avec des mots... Parfois des gens sont si doués qu'ils arrivent à trouver des mots pour décrire des sentiments qui parraissent impossible à décrire... Les écrivains, ces gens sont de véritables " vendeurs de rêves "... moi, je fais ce que je peux pour faire partie de ces gens là... Voilà pourquoi ce blog existe, pour vous vendre des rêves sur votre série préférée. Mon bonheur c'est de voir mes lecteurs et lectrices transportaient par mes écrits... C'est un métier que je rêve de faire, mais en tant que réalisatrice... vendre des rêves aux gens grâce à mes films... Les faire rire et pleurer, les rendre heureux et triste, leur serrer le coeur et les soulagés juste après... Je rêve de faire une carrière telle que Steven Spielberg, Tim Burton, ou encore Clint Eastwood... De grands réalisateurs, grandements récompensé... je rêve d'être comme eux... et de vous faire rêver... Alors je commence avec l'écriture et les mots, avec ce blog... Bonne lecture à vous et, je l'espère, bons rêves... grâce à la magie de l'écriture...

Une enquête qui rapproche 26/06/2011

Bon je vais faire une nouvelle fic. J'ai supprimer l'autre car je la trouvé nul. Alors j'espère que celle là sera mieux.
 
                                                                                     1
 
Nous somme en plein mois de décembre à quelques jours de noël. L'équipe de Leroy Jethro Gibbs était sur une enquête compliquer: 5 adolescentes de 15 ans avaient été violé et tué, alors qu'au début de l'enquête il n'y en avait que 2. De plus ils n'avaient absolument rien ! A part la certitude que c'était un homme à cause du sperme retrouvé à l'intérieur des victimes. A l'expection de ce détail qui lui avait échapper, le meurtrier était un vrai pro ! Et ils avaient peur de pas finir a temps pour noël, dans 10 jours. Le patron donna leurs soirées à ses collègues car il était 19h00, et ils ne trouveraient surement rien ce soir.
Tony et Ziva prirent l'ascenseur tous les deux.
- Alors tu va faire quoi de ta soirée ? Demanda Tony à Ziva.
- J'en sais rien, je n'avais pas prévu d'avoir ma soirée alors j'ai rien prévu. Et toi ?
-J'en sais rien moi non plus.
Il y eut un moment de silence et ils commencèrent une phrase en même temps.
- Est-ce que...
Il rigolèrent un peu, et Ziva demanda:
- Qu'est-ce que tu voulais dire ?
- J'allais te proposer de passer la soirée chez moi, on regarderait un film, on commanderait a manger...
- Oui pourquoi pas. Mais c'est moi qui conduit.
- TA voiture alors.
Il allèrent donc en drirection de chez Tony, dans la voiture de Ziva, et c'est cette dernière qui conduisait. Ils s'arrêtèrent devant un Mc do et ils commandènt à manger à emporter. Puis Tony alla choisir un film au vidéoclub qui était à 5 minutes de chez lui.
- T'as choisi quoi ? Demanda Ziva quand il revint dans la voiture. 
- Hatchi, c'est l'histoire vrai d'un chien qui s'appelle Hatchiko, mais on dit Hatchi pour aller plus vite. Tu verra, c'est un super beau film.
- OK.
Ils allèrent ensuite chez Tony. Arrivé à destination ils mirent leurs menus à réchauffer, pendant ce temps ils préparent le film. Quand la sonnerie du micro-onde retentit Tony alla chercher leurs menus, et Ziva s'installa. Il revint et posa les menus sur la table basse. Ziva avait prit un menu normal 280 original, avec des frites, et un fanta orange.Tony lui avait un menu maxi big mag, avec des frites aussi, et un coca cola. Ils lancèrent donc le film et mangèrent devant la télé. Quand ils terminèrent de manger, il rester 45 minutes de film. Au bout d'un quart d'heure Ziva posa sa tête sur l'épaule de Tony. Il fut d'abord surpris mais la laissa tranquille. A la fin ils pleuraient tous les deux.
- J'ai adoré ce film. Déclara Ziva en pleurs
- Moi aussi... mais... tu pleure ? Demanda Tony.
- Non ! Mais toi oui.
- Oui c'est vrai, moi au moins je l'avous. J'ai déjà vu ce film mais il me fera toujours pleurait.
- C'est vrai ?
- Oui, sûrement à cause du fait que se soit une histoire vrai. Si ça n'aurait était qu'un film banal, comme les autres, j'aurais sûrement pas pleurer.
- Je ne te croyais pas si sensible.
- Tu ignore encore plein de choses de moi.
Ils se regardèrent, Ziva avait un regard rempli de curiosité et... d'amour. Tony ne sembler pas remarquer l'amour dans le regard de Ziva, il remarquer juste la curiosité. Lui il la regarder comme il n'avait jamais regarder personne. C'était un regard amoureux, heureux, intense. En effet il l'aimait et il en était conscient, et il était très heureux de l'avoir là, à ses côtés. Leurs visages commencer à se rapprocher inconsciement. Au moment ou Tony s'en rendit compte ils ne restait que 2 centimètres entre ses lèvres et celles de Ziva. Il hésita, au fond il avait envie d'aller plus loin, mais si elle ne l'aimait pas comme lui il risquer d'avoir une giffle. Il décida donc de ne rien faire. A la place il essuya les larmes de Ziva. Quand sa main effleura sa joue Ziva se ''réveilla''.
- Je vais y aller. Déclara celle ci gênée.
- Tu sais tu peux passer la nuit ici. Proposa Tony, sans idées derrière la tête ( pour une fois )
- Tony !!!
- Quoi ? J'ai aucune idées derrière la tête.
- Pour une fois !
- Bon alors t'es d'accord ? C'est vrai quoi tu n'a jamais passer la nuit ici, même quand tu étais bourré je te raccompagné chez toi. On est amis Ziva, des amis dorment les uns chez les autres, ils vont en vacances entre eux, et... euh... et pleins d'autres choses.
- Je sais pas Tony, surtout avec ce qui vient de se passer.
- Quoi ? Il s'est passer quoi ?
- On a faillit s'embrasser Tony ! Ne me dis pas que t'as rien remarquer !
- Si ! Et alors ? On s'est pas embrassé, c'est le plus important ! On s'en est rendu compte avant !
- Je sais pas Tony...
- S'il te plait Ziva.
- Je n'ai pas de pyjama.
- Je te prêterais quelques chose.
- L'équipe va se poser des questions si elle me voit arrivé avec les même vêtements qu'aujourd'hui demain.
- Tu partiras de bonne heure, tu ira te changer, et moi j'arriverais en retard, comme ça ils ne se douterons de rien. S'il te plait Ziva, je t'en pris.
- Bon d'accord tu as gagné.
- Merci Ziva. Je t'aime ! Déclara-t-il soudainement. Il se reprit en voyant la tête de Ziva. Euh... oui... enfin, je t'aime, en tant qu'amie bien sûr.
- J'avais compris Tony. Répondit Ziva.
- Oui... ben... euh... Tant mieux alors.
- Toi t'as pas l'air à l'aise par contre.
- Bien sûr que si, je suis à l'aise. Et je vais aller te chercher une de mes chemises pour te servir de pyjama.
- OK, je peux choisir.
- Si tu veux.
Ils allèrent donc dans la chambre de Tony, et il ouvrit son armoire. Elle regarda et s'arrêta sur une chemise en particulier. C'était une chemise à rayures bleu. Celle qu'il portait lors de leur première rencontre. Elle rit doucement en repensant à ce moment. Elle la prit et, sans la montrer à Tony, partit se changer. Quand elle fut de retour Tony était sous les couvertures.
- Tu crois pas que je vais dormir dans le même lit que toi, surtout que t'es en caleçon.
Mais Tony ne répondait pas, il la regarder. Il se souvenait parfaitement de cette chemise, il ne savait pas pourquoi elle avait choisi celle-ci en particulier. Beaucoup de questions troter dans sa tête: se rappellait-elle de cette chemise ? Si oui, l'avait-elle choisi spécialement pour ça ? Etait-elle aussi symbolique pour elle que pour lui ? Lui rappeller-t-elle un très bon souvenir comme à lui ? Ziva le sortit de sa réflexion, elle avait remarquer son regard. Sans s'en rendre compte il l'avait regarder tendrement.
- Tony !!!
- Hein... oui, qu'est qu'il y a ? Demanda-t-il.
- Je disais que je ne dormirais pas dans le même lit que toi, surtout que t'es en caleçon. Pourquoi tu me regarde bizarrement ?
- Non je te regarde pas bizarrement. C'est juste que cette chemise me rappelle un très bon souvenir, celui de notre rencontre.
- A moi aussi.
- C'est pour ça que tu l'a choisi ?
- Non pas du tout ! C'est parce que j'ai pris la première qui venait ! Répondit-elle sur le ton de la défensive.
- OK. Pour le lit moi je veux bien partager le mien avec toi...
- Tony !!!
- Laisse moi finir ok ? Si tu veux bien, il ne se passera rien, et sinon tu peux aller dans le canapé.
- Non, toi va dans le canapé moi je prend ton lit.
- Même pas en rêve, c'est chez moi ici, et JE décide. Déclara-t-il avec un grand sourire. Alors ?
- Il ne se passera rien ?
- Mais non, roooh la la. Je ne pense pas qu'à ça tu sais.
- Pas même de câlin, caresse, ou bisous ?
- Rien du tout, pourquoi tu t'inquiète comme ça ?
- Parce que c'est euh... c'est la première... fois que je dors chez un ami garçon.
- Tu n'a jamais dormis chez un garçon ?
- Si, mais en général on... enfin voila quoi. Je vais pas te faire un dessin, si ?
- Hum pourquoi pas ? Un dessin, ça pourrait être sympa.
- Tony !!!
- Je plaisante. Ecoute, voila comment ça va se passer: tu va t'allonger à côté de moi, et on va se dire bonne nuit, et on va dormir. Tu ne fais que dormir chez un ami là ok ?
- Ok.
- Et demain tu te réveillera de bonne heure, tu ira chez toi te changer, moi j'arriverais en retard comme d'habitude, et puis voila.
Ziva s'allongea donc aux côtés de Tony, et elle ramena la couverture à elle. Au début elle était sur le dos, mais lorsqu'elle toucha accidentellement le pied de Tony, elle se mit sur le côté, gênée. Comme l'avait dit Tony, ils se dirent bonne nuit et s'endormirent.
Vers 1h00 du matin Ziva se réveilla pour aller boire un verre d'eau. Quand elle se remit au lit, Tony bougea et mit son bras autour de Ziva. Une jolie couleur rouge monta aux joues de Ziva, et son coeur battait la chamade. Elle le fit se retourner, sans le réveiller et s'allongea sur le dos cette fois-ci. Malheureusement Tony bougea encore, et  à nouveau il l'entoura de son bras. Sauf que comme elle était sur le dos, il avait aussi sa tête sur sa poitrine au niveau de son coeur, qui battait encore plus vite qu'avant. Elle voulu le retourner encore une fois mais il la serra encore plus à ce moment.
- Tony. Chuchota-t-elle.
- Hum... quoi ?
- Ouvre les yeux
Tony ouvrit les yeux et découvrit la scène. Il se releva en s'excusant et déclara qu'il allait dormir dans le canapé, pour ne plus recommencé. Ziva lui dit qu'il pouvait rester, mais que ça ne devait plus se reproduire, et qu'il avait de la chance qu'il dormait, et que du coup, elle lui pardonner.Tony la remercia, et retourna se coucher. En retournant au lit, il avait fait si vite et si peu attention à ce qu'il faisait, que sa bouche était passer à 1 centimètre de celle de Ziva. Elle avait d'ailleur fermer les yeux 1 seconde, croyant qu'ils allaient s'embrasser involontairement.
Le lendemain, la jeune femme se réveilla à 5h00 et... sur le torse de Tony ! Elle se releva brusquement, et se rhabilla à vitesse grand ''V''. Elle sortit de l'appartement de son ami et rentra chez elle. Là-bas elle se changea et prit un petit déjeuner. Il était déjà 6h00. Pas le temps de courir, elle se reposa une demie heure, puis fonça au N.C.I.S.
 
 

Une enquête qui rapproche 26/06/2011

                                                                                 2
 
Elle fut au N.C.I.S à 7h00, elle était la première. Elle commença un rapport qu'elle aurait dût finir depuis longtemps. Gibbs arriva à 07h30, avec un café à la main.
- Bonjour Ziva.Déclara-t-il en passant devant le bureau de la jeune femme.
- Bonjour Gibbs. Répondit-elle.
A 8h00 Mcgee arriva, accompagné de Tony.
- Bonjour tout le monde. Lancèrent-ils en choeur.
- Bonjour Mcgee, bonjour Tony. Répondit Gibbs. Tony !?!
- Oui patron ?
- Que fais tu ici ?
- J'ai décider de changer. Dorénavant j'arriverais à l'heure.
Tous furent surpris de cette révélation. Surtout Ziva car lui avait dit qu'il arriverait en retard pour dissimilé les doutes que l'équipe pourrait avoir. Le téléphone de Gibbs sonna, et rompit le silence pesant qui régnait. Quelques minutes plus tard, il raccrocha. Il annonça qu'une sixième jeune fille avait était retrouver morte et nue, à Norfolk. Ils prirent tous leurs affaires et y allèrent. Mcgee était dans une voiture avec Gibbs, et Tony était avec Ziva, c'était lui qui conduisait. Ziva en profita pour régler ses comptesavec lui.
- Tu étais censé arrivé en retard Tony.
- Je l'ai dis, j'ai décider de changer.
- Oui mais pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi le lendemain de la nuit que j'ai passer chez toi ? Tu pouvais pas décider ça un autre jour ?
- Roh c'est bon hein, j'y avais pas pensé quand je t'ais dis ça. Au fait cette nuit c'était comment... sur mon torse ? C'était agréable ?
- Oui... euh non... euh je veux dire oui... euh... Oh et puis zut, oui c'était bien. Mais je sais pas comment j'ai atteri sur ton torse, et ça ne se reproduira pas la prochaine fois c'est clair ?
- Il y aura une prochaine fois ? Cool, c'est quand ?
- Dans 100 ans !
- Oh moi je voyais plutôt ça ce soir.
- Non !
- On serait chez toi cette fois, et du coup c'est TOI qui décidera.
- Humm... OK c'est d'accord.
- C'est vrai ?
- Oui, mais tu devra faire tout ce que je dis par contre.
- Si c'est pas trop dur, et que je suis récompenser ok.
- Genial.
Ils se sourièrent, et le reste du trajet se passa en silence. Ils arrivère 5 minutes après. C'était encore une adolescente et Tony remarqua quelque chose qui brillait à ses côtés. C'était une bague, sur laquelle était gravé: '' Eliana goodrich ''. Il était fier de lui car ils avaient enfin quelque chose. Pour les autres victimes ils n'avaient pas réussi à les identifier alors que là... S'il s'agissait du même homme que les 5 autres, ils ne leurs suffirait plus qu'a enquêter que sur ce meurtre, et il trouverait le meurtrier d'Eliana, et par la même occasion, celui des 5 autres victimes. Fier de sa trouvaille il alla voir son patron.
- Boss regarde.Déclara-t-il en lui montrant la bague.
- Qu'est-ce que tu veux que je fasse d'une bague Dinozzo ? Demanda Gibbs à moitié énervé.
- C'était à côté de la main de la victime, regarde ce qui est gravé.
- '' Eliana goodrich''. Bon boulot Dinozzo.
- Merci boss.
- On retourne au labo faire examiner le sperme à Abby, pour qu'elle le compare aux 5 autres. Si c'est bien le même, on aura enfin une piste, en espérant que cette bague appartienne bien à la victime.
Ils retournèrent donc au labo, et Tony apporta l'échantillon de sperme à Abby, avec un Cafpow.
Elle lui sauta au cou en le voyant.
- Tony !!! Hurla-t-elle.
- Salut Abby, tiens ton Cafpow. Et un échantillons de sperme en plus à comparer.
- Merci bien, tu auras les résultats dans une heure.
- Ok.
- Au fait Tony ?
- Oui ?
- Ziva m'a dit qu'elle avait passer la nuit chez toi, alors c'était comment ?
- Il ne s'est rien passer, mais c'était bien. Je vais dormir chez elle ce soir. Maintenant j'y vais Gibbs m'attend.
- Ok.
Tony entra dans l'ascenseur ou était Ziva.
- Ah ben tiens, Gibbs m'a demandé d'aller te chercher. Pourquoi tu a étais si long ?
- J'ai pas étais si long que ça.
- Si.
- Ah bon. Ben dis donc je penser pas l'avoir embrassé tant que ça. Déclara-t-il l'air presque sérieux.
- Pardon ? Tu pensé pas quoi ?!
- Et Ziva c'est bon je plaisentais, pas la peine d'être jalouse.
- Mais je ne suis pas jalouse !
Il lui lança un regard qui voulait dire ''mon oeil oui''.
- Tu sera la à quelle heure ce soir ? Demanda Ziva pour changer de sujet.
- Je sais pas, une heure après qu'on est était lâcher.
- Ok.
L'ascenseur s'ouvrit sur le QG et ils allèrent chacun à leurs bureau, trouver de quoi s'occuper en attendant les résultats d'Abby. Soudain Mcgee lâcha:
- Dites vous savez ce que je viens de remarquer ?
- Non le bleu mais je sens que ça va pas tarder. Répondit Tony.
- Toutes ces filles ont 15 ans...
- Et se sont toutes des filles de marines. Ajouta Ziva.
- Exact, et si on regarde les photos de plus près on pourrait les prendre pour... Essaya de renchérir Tony.
- Des... Continua Mcgee.
-Soeurs. Acheva Ziva.
- Hé c'était mon idée. Déclara Tony.
- Très bon boulot à tous les trois. Fit la voix de Gibbs qui arriver à ce moment.
Un quart d'heure plus tard Ziva alla chercher les résultats d'Abby. C'était bien le même homme. Seulement il ne devait pas être américain car ils ne le trouvaient dans aucun dossier. En arrivant aux bureaux Ziva mit l'équipe au courant des résultats.
- Mcgee vous me cherchez toutes les familles au nom de Goodrich qui vivent à Norfolk, ou dans les alentours. Ordonna Gibbs.
- Bien patron. Fit le concerné.
Au bout de 5 minutes Mcgee déclara:
- Il y en a 5 patron. Elles sont toutes dans Norfolk. Il y en a une qui a trois enfants, mais ce ne sont que des fils. Une autre qui a une fille de 25 ans, une qui a un fils de 10 ans et une fille de 5 ans. Par contre les 2 autres ont une fille de 15 ans avec,pour l'une, un fils de 19 ans, et pour l'autre, des faux jumeaux de 9 ans. Je vous notes le adresses.
Il tendit un bout de papier à son patron qui le tendit à Tony.
-Dinozzo, Ziva vous vous en chargez. Ordonna Gibbs à ses deux agents.
- Ok patron. Répondirent-ils en choeur.
Ils se dirigèrent vers la voiture, Ziva conduisait, ils furent à destination en 3/4 d'heure. Il toquèrent chez la première famille et montrèrent leurs badges. Ils entrèrent et virent le fils de 19 ans en train d'embrasser sa copine dans la cuisine. Ils posèrent des questions, enfin... UNE question, et ils comprirent que ce n'était pas ici. Leur fille s'appeller Maria, et en plus descendait les escaliers quand il repartirent.
Ils allèrent donc chez l'autre famille, qui était sûrement la bonne. Ils toquèrent et une femme vint leur ouvrir.
- Bonjour madame je suis l'agent spécial Dinozzo du N.C.I.S, et voici l'officier David, pouvons nous entrer ? Demanda-t-il en montrant son badge.
- Oui bien sûr, que se passe-t-il ? Demanda la femme inquiète.
- Nous avons quelques questions à vous poser à vous et votre mari. Déclara Ziva.
- Mon mari est mort mademoiselle.
- Nous somme désolé madame. Reconnaissez vous cette bague ? Demanda Tony en lui montrant le bijoux
- Oui bien sûr c'est la bague de ma fille, c'est le dernier cadeau que son père lui ai fait. Elle l'a porte toujours à son doigts, même quand elle dors, ou quand elle se lave.
- Est-ce que votre fille s'appelle Eliana ?
- Oui c'est exact.
- Est-ce que c'est elle ? Demanda Ziva en montrant la photo de la victime à la morgue.
- Oui... oui c'est bien ma fille. Mais ou avez vous trouvé sa bague ? Et ou avez vous eu cette photo.
- Euh... madame votre fille est morte, elle avait cette bague avec elle quand nous l'avons retrouvé. Elle s'est faite violé puis assassinée. Cette photo a était prise dans notre morgue. Expliqua Tony. Nous vous présentons toutes nos condoléances madame, nous somme désolé, vraiment.
- Quoi ? Non ! Non ce n'est pas possible... Ce n'est pas possible pas elle... pas ma petite fille ! Non ! Pourquoi elle mon dieu ? Pourquoi elle ? La femme tomba à genoux et elle pleurer toutes les larmes de son corps.
- Madame je sais que c'est dur, mais nous avons besoin de votre aide. Connaissez vous quelqu'un qui pourrait en vouloir à votre fille, ou bien à vous ou votre mari ? Demanda Ziva au bord des larmes elle aussi.
- Quelqu'un qui ne serait pas américain, si c'est possible. Ajouta Tony.
- Vous voulez dire un clandestin ? Demanda la femme.
- Oui.
- Et bien je connais ce type là... euh Chaoud je crois. Chaoud... euh Chaoud yulzari... Oui c'est ça ! Chaoud Yulzari, il en voulait à mon mari car il avait dût tuer son frère pour protéger son pays, il avait jurer de se venger. Vous croyez que c'est lui qui as fait ça ?
- C'est possible madame. Mais qui que se soit je vous jure qu'il se retrouvera derrière les barreaux avant noël. Promit Tony.
Ils repartirent donc au N.C.I.S et ils racontèrent tout ce qu'avez dit la femme. Comme il était 18h00 Gibbs les autorisa à rentrer chez eux en déclarant qu'ils avaient fait du bon boulot tous les deux. Par contre il chargea Mcgee de trouver ce Chaoud Yulzari par tous les moyens.
 

Ship Mcabby et Tiva 27/06/2011

                       Désolé si c'est très long, mais ça aurait dut etre une fic en deux parties en fait.
 
 
                            Les deux petits cupidons de la saint valentin 
 
C'était la saint valentin aujourd'hui, Gibbs avait donné leur journée à ses agents. Mcgee et Abby qui sortaient ensemble depuis une semaine, avait décider de fêter ce grand évènement avec leurs amis: Tony et Ziva. Ils avaient surtout un plan pour les mettre ensemble. Alors Abby appelle Ziva:
- Allo ? Fit la voix de Ziva à l'autre bout du fil.
- Allo Ziva ? C'est Abby, dis moi tu es libre ce soir ? Demanda Abby sans tourner autour du pot.
- Oui. Mais pourquoi ? Tu ne devais pas fêter la saint valentin avec Mcgee ?
- Si, mais on aimerais que tu sois là. Tu comprend ça ne fait qu'une semaine qu'on sort ensemble et... disons qu'on a encore un peu peur de se retouver seuls face à face, surtout aujourd'hui.
- Euh... Bon d'accord. Mais c'est bien parce que c'est toi.
- Merci Ziva, je t'adore. Alors on se retouve chez moi à 19h00, et il viendra nous chercher à 20h00.
- OK.
Abby raccrocha, et appella Mcgee pour le prévenir que Ziva viendrait. Elle lui dit aussi l'excuse qu'il devait donner à Tony, puis raccrocha en lançant un ''je t'aime, à ce soir''. Il lui répondit, raccrocha, et appella Tony.
- Allo ? Répondit Tony.
- Allo Tony ? C'est Mcgee, ça va ?
- Oui très bien le bleu, et toi ?
- Moi aussi. Dis tu pourrais venir avec moi et Abby au resto ce soir ?
- Pourquoi ?
- Parce que, on aimerais que tu sois là. Tu vois ça ne fait qu'une semaine qu'on est ensemble et...
- Laisse moi deviner... Vous avez encore la trouille de vous retrouvez face à face, seul, dans un resto, en particulier aujourd'hui c'est ça ?
- Exactement.
- Tu sais ça se fera un jour ou l'autre. Et puis qu'est-ce que je vais y gagner moi, hein ? A part vous voir vous embrassez, et vous dire des mots doux toute la soirée.
- Abby aussi ammène une amie, je l'ai déjà vu, elle est très belle, jeune et... célibataire.
- OK ça marche !
- Genial, tu viens chez moi pour 19h00, soit à l'heure car on va les chercher à 20h00.
- D'accord.
Ils raccrochèrent et Mcgee prévenu Abby que Tony viendrait lui aussi. Pour l'instant leur plan se dérouler comme sur des roulettes. Tony choisi de se faire beau pour cette occasion. Il avait mit un pantalon de smoking noir, une chemise blanche dont il laisser ouver les deux premier boutons du haut, la veste qui allait avec le pantalon, et les chaussures qui allait avec aussi. Ziva elle, elle avait hésiter longtemps, puis avait opter pour une robe de soirée qui lui arrivé juste un peu en dessous des genoux. La robe était de la couleur Lilas pourpre, elle avait mit les escarpin qui aller avec, et ses cheveux était bouclés. Bien sûr elle ne s'était pas maquillé.
Elle partit de chez elle à 18h30, et Tony à 18h00. Ils arrivèrent tous les deux à l'heure. Abby avoua à Ziva qu'elle était splendide, et Ziva lui retourna le compliment. Abby porter une robe noir qui lui arriver pile aux genoux, et elle avait bien sûr ses fameuses couettes.
Du côté des hommes Mcgee était comme Tony, sauf que sa chemise était entièrement fermer, qu'il avait un noeud papillon noir, les trois boutons du bat de sa veste fermer, et il avait mit du gel dans ses cheveux. Tony avait quant à lui sa veste entièrement ouverte. ils partirent chercher les filles à 19h30. Dans la voiture Tony mâcha un chew-gum à la menthe pour se rafraichir l'haleine. Il resta dans la voiture pendant que Mcgee aller chercher Abby et Ziva. Abby monta devant avec Mcgee, et Ziva derrière... avec Tony.
- Tony ?!?
- Ziva ?!?
- Qu'est-ce tu fais là ?? Crièrent-ils en choeur.
- J'ai était invitée par Abby.
- Et moi par le bleu.
- C'est exact vous avez tous les deux était invité. Leur avoua Mcgee.
- Mais Abby m'avait dit que je serais seule.
- Et le bleu m'avait dit qu'il y aurait une jeune et ravissante amie d'Abby.
- Et bien, tu ne trouve pas Ziva jeune et ravissante, surtout dans cette robe ? Demanda Abby.
- Si bien sûr qu'elle est jeune et ravissante, en particulier aujourd'hui... Répondit Tony. Soudain il se rendit compte de ce qu'il venait de dire, et devant Ziva en plus ! Il essaya donc de se reprendre. Mais je ne m'attendais pas à Ziva, c'est tout.
- Bon de toute façon on ne peut plus trop faire marche arrière. N'est-ce pas vous deux ?
- Exact !!
- Au fait Tony...
- Oui Ziva ?
- Toi aussi tu es ravissant dans cette tenue.
- Hein... oh, euh... Merci.
Le reste du trajet se passa dans le plus grand silence. Et quand ils arrivèrent Mcgee alla ouvrir la porte à Abby. Mais avant de sortir il avait mit la sécurité du côté de Ziva. Afin que Tony fasse la même chose. D'ailleurs quand Ziva voulu sortir et qu'elle ne pouvait pas, elle comprit immédiatement ce qui c'était passer. Tony avait remarqué qu'elle ne pouvait pas sortir alors il alla lui ouvrir la porte.
Une fois à la réception Mcgee donna son nom, et ils allèrent à la table 14, qui était une table pour 4. Mcgee s'installa aux côtés d'Abby, et Tony aux côtés de Ziva. Ils passèrent commande et en attendant, ils parlèrent, surtout de Tony et Ziva.
- Ziva devine un peu ce qui a décider Tony à se joindre à nous. Déclara Mcgee.
- J'en sais rien moi.
- Il s'est décidé quand je lui est dis qu'il y aurait une jeune, ravissante et CELIBATAIRE, amie d'Abby.
- Ah oui ? Demanda-t-elle en regardant Tony de coin de l'oeil.
- Le bleu je vais te tuer.
- Oh pour te consoler je peux t'avouer un truc sur Ziva. Ajouta Abby.
- Abby !!!
- OK vas-y je suis tout ouis.
- Elle n'arrêter pas de te regarder dans la voiture. Elle te dévisager comme si... euh comment dire... comme si elle était amoureuse de toi.
A ce moment le rouge grimpa aux joues de Ziva. Elle tourna la tête au moment ou Tony la regarda.
- Ah bon je ne le voyais pas pourtant.
- C'est normal elle tourner la tête à chaque fois que tu la regarder. Et toi tu tourner la tête à chaque fois qu'elle te regerder.
Maintenant qu'ils étaient assez gênés il fallait passer à la dernière étape de leur plan: les laisser seul ! Pour cela Abby simmula qu'elle ne se sentait pas très bien. Mcgee déclara qu'il l'accompagner aux toilettes. Au lieu de ça ils se cachèrent derrière un mur et les espionnait. Entre Tony et Ziva il y eu un long moment de silence. Ils étaient tous deux très gênés. Soudain Tony rompit le silence.
- Tu sais j'ai l'impression que tout ça n'est qu'une mascarade.
- Moi aussi. Je crois que c'est Mcgee qui a fait expré de mettre la sécurité de mon côté. Juste pour que tu m'ouvre la porte. C'est vrai quoi il n'a pas d'enfants alors pourquoi il aurait mit cette sécurité.
- Ouais. Et moi je suis sûr qu'ils ont fait exprés d'avouer tout ce qu'ils viennent de dire. Je suis aussi sûr qu'Abby n'était pas malade et qu'ils sont cacher juste pour nous voir nous embrasser.
- Qui te dit que je n'ais fais que te dévisager dans la voiture ?
- Je t'ai surprise un moment dans le rétroviseur. Après je sais pas si tu as fais que ça mais... Le regard que j'ai surpris sembler correspondre à la définition d'Abby. On aurait vraiment cru que tu étais amoureuse de moi.
- Alors on fait quoi ?
- Je sais pas.
- Moi je crois savoir, mais je sais pas si tu vas être d'accord...
- C'est quoi ?
- Embrasse moi.
- Quoi ???
- Oui aller, comme ça ils auront ce qu'ils veulent, et pendant le reste de la soirée on fera semblant d'être ensemble. Se serait pas la première fois qu'on fait semblant de sortir ensemble en plus.
- Oui mais...
- Aller Tony fait pas ton trouillard. Je te jure que ça va marcher. Aller vas-y... embrasse moi.
- Et pourquoi se serait moi ?
- Si tu veux je peux le faire.
- Non, pourquoi pas tous les deux ? Cela parraitra plus vrai.
- OK.
Ils se regardèrent tendrement, et ils commencèrent à rapprocher leur visages. A quelques millimètre ils s'arrêtèrent. Ils se regardèrent dans les yeux. Ils n'arrivaient pas à y croire, ils allaient s'embrasser pour faire croire à leurs collègues que leur plan avait marcher. Ils fermèrent les yeux, puis, d'un commun accord, posèrent leurs lèvres sur celle de leur partenaire. Ce n'était juste qu'un long smack en vérité. Mais Ziva se rendit compte qu'elle le voulait, et qu'elle en voulait plus. Pour Tony c'était pareil. Il se jeta presque sur Ziva et recommença. Cette fois si elle entrouvrit la bouche. Il comprit le message 5/5 et enfouie sa langue à l'intérieur de la bouche de Ziva. Elle passa ses bras autour du cou de Tony et lui il lui carressait les cheveux et le dos. Mcgee et Abby sautaient presque de joie. Ils se tapèrent dans les mains et s'embrassèrent. A la fin de leur baiser Tony et Ziva se regardèrent. Ils se sourièrent, puis Ziva fit un petit bisous sur la lèvre inférieur de Tony avant d'aller se blottir contre lui.
Mcgee et Abby revinrent et les trouvèrent ainsi. Le reste de la soirée se passa bien, et ensuite Ziva alla chez Tony, et Abby chez Mcgee.
En rentrant dans l'appartement de Tony, Ziva et lui étaient en train de s'embrasser. Il la souleva brusquement et elle encercla sa taille de ses belles jambes. Il la porta jusqu'au lit ou il la déposa doucement. Il s'allongèrent et Tony fit descendre une bretelle de la robe de Ziva le long de son bras, puis l'autre. Ziva était quant à elle en train de déboutonner la chemise de Tony. Une fois que ce fut fait elle lui retira et remarqua qu'il n'avait rien mit en dessous. Elle le regarda et vit qu'il avait son fameux sourire charmeur aux lèvres, rien qu'en la regardant. Elle commença à lui embrasser le torse en remontant jusqu'a la bouche. Arrivé la elle l'embrassa passionément, fougeusement même. Pendant le baiser elle descendit la braguette de son pantalon, et défit le bouton. Elle lui retira pendant qu'il lui embrasser la tête. Une fois qu'il fut en caleçon il commença à descendre la robe de Ziva. Il embrasser chaque partie qu'il découvrait en descendant la robe. Quand il revint à la hauteur de sa bien-aimée, elle échangea les rôles et se retrouva sur lui. Ils se regardaient, Il lui caressait la joue, ils se souriaient, et leurs yeux briller de mille feux.
- Ils nous auront eu finalement avec leur plan à la con.
- Ouais. Mais il était pas si con que ça finalement, la preuve: nous somme là toi et moi dans TON lit, en train de nous embrasser, en sous-vêtements, nous allons coucher ensemble et peut-être même avoir des enfants...
- Oui bon ça va, va pas trop vite non plus.
Ils rigolèrent avant de s'embrasser et de passer à l'acte.
Le lendemain Ziva se réveilla sur le torse de Tony, celui-ci était déjà réveiller.
- Coucou mon amour. Déclara-t-il avant de l'embrasser.
- Shalom mon coeur. Répondit-elle avant de l'embrasser à son tour.
- J'aime ce genre de matin, si seulement ils pouvaient tous être ainsi.
- Se serait vraiment bien.
Il se redressa et elle alla se blottir contre lui.  Il la serra contre lui, et la caresser, un peu partout. Elle, elle l'embrasser dans le cou ou sur la joue, ou bien elle le caresser aussi. Ils étaient bien comme ça.
- Ziva ?
- Oui ?
- Je t'aime mon ange.
D'abord surprise par cette révélation elle le regarda, il était sincère. Elle lui sourit puis retourna se blottir contre lui avant de lui dire...
- Moi aussi je t'aime mon coeur.
 
                                  
 
                                                                               Fin

Une enquête qui rapproche 28/06/2011

Et voici le chapitre 3 de ma fic.
 
                                            
                                                                                3
 
Comme prévu Tony arriva chez Ziva une heure après qu'ils étaient lâcher, donc a 19h00. Ils avait un sac à dos avec toutes ses affaires à l'intérieur. Il toqua trois coups mais personne ne vint lui ouvrir. Il recommença: personne. Il commencer à s'inquiéter quand soudain...
- Je suis derrière toi Tony. Fit la voix de Ziva dans son dos.
- T'étais ou ? Demanda Tony, mais il comprit en la voyant. Attend laisse moi deviner... Tu es partis faire des courses.
- Exact, mon frigo et mes placards sont presque vide. Je pensais être là à l'heure mais en fait non, tu m'en veux pas ?
- Bien sûr que non. Répondit-il en la débarassant de 2 sacs, car elle en avait 4, 2 dans chaque mains. Houla c'est lourd tout ça. T'a acheter quoi ? Des réserves pour les 10 années à venir.
- Hé je t'ai jamais demandé de m'aidé ! Se défendi-t-elle.
- Oui mais je t'aide quand même.
Ils allèrent poser les sacs dans la cuisine et Ziva ordonna à Tony de tout ranger. En rangeant il laissa quelques ingrédients sur la table, car il sentait qu'elle aller lui ordonner de faire à manger. Il remarqua qu'il avait juste assez pour 2 pizzas 4 fromages fait maison. Il alla rejoindre Ziva, et, comme il l'avait prévu, elle lui ordonna de faire à manger pendant qu'elle choisirait le film. Il retourna donc dans la cuisine et se mit au travail. D'abord il fit la pâte à pizza, ensuite il s'occupa de la garniture: sauce tomates, mozzarella rapée, jambon, roquefort, emmental, des rondelles de chèvre un peu partout sur chaque pizza, de la crème fraiche, et un oeuf au milieu de chacune des pizzas. On aurait dit un grand chef italien étoilés, en train de faire une commande pour des clients. Quand Ziva arriva dans la cuisine il venait juste de finir de nettoyer et les pizzas étaient au four.
- Alors qu'est-ce que tu nous as préparer ? S'empressa-t-elle de demander.
- Une spécialité italienne: pizzas 4 fromages, maison bien sûr. Répondit-il.
- Hum... je sens qu'on va se régaler.
- Et toi tu as choisis quel film ?
- Titanic.
- Hum hum... Un classique, mais un super chef d'oeuvre, très bon choix. On en a juste pour un peu plus de 3h00.
- Et alors, il n'est pas si tard.
- C'est vrai.
Une heure et demie plus tard, ils étaient en train de manger devant le film. Ziva avait du mal à finir sa pizza, il lui en restait un quart. Alors elle la donna à Tony, qui avait lui aussi du mal à finir la sienne. Quand elle lui rajouta sa part dans son assiette il la regarda l'air de dire: '' tu te moque de moi, tu vois que j'ai déjà du mal a finir la mienne ?'' Mais elle n'y fit pas attention. Il lui rendit sa part et elle la lui redonna.
- Je t'ordonne de finir ta part plus la mienne. Ordonna-t-elle alors qu'il aller encore la lui rendre.
- Quoi ?!? Mais tu veux ma mort, j'ai déjà pas l'attention de finir la mienne...
- Et ensuite tu débarrassera et fera la vaiselle.
- Ok pour le débarrassage et la vaiselle, mais pas pour finir ta part plus la mienne ça non.
- Oh que si. Mais bien sûr je n'oublie pas que je devrais te récompenser pour tous tes efforts. Avoua-t-elle un sourire charmeur aux lèvres.
- Rooohh... Bon d'accord. Céda-t-il en voyant ce sourire.
Il lui obéit donc, ou plutôt il essaya. Car en vérité il avait à peine fini la sienne qu'il n'en pouvait déjà plus. En voyant ça Ziva alla se placer sur ses genoux, et lui donna à manger comme les bébés. Il était tellement surpris par ce qu'elle faisait, qu'il ne se rendait pas compte qu'il ouvrait la bouche à chaque fois qu'elle lui tendait un bout de pizza. Par contre quand il eut terminé et qu'elle retourna à sa place, il croyait qu'il allait exploser. Il ne laissa rien parraitre et fit ce qu'elle avait demander quitte à louper un peu du film. Quand il revint s'assoir Jach dowson et Rose venait juste de trouver la drole de voiture à l'intérieur du bateau. Ils regardèrent donc le film jusqu'à la fin, et Ziva avait encore fini par poser sa tête sur l'épaule de Tony. A la fin Ziva était au bord des larmes.
- Ce film est très beau. Avoua-t-elle.
- En effet. Confirma Tony. Je me demande si je voyageais dans un bâteau pareil, quelle aventure je vivrais ?
- Sûrement une très belle aventure. Mais je t'en pris ne prend pas de bâteau qui s'appellerais ''titanic''.
- Et pourquoi pas ? Se serait genial, et se serait une encore plus belle aventure en connaissant l'histoire de ce bâteau qui n'a pas pût finir sa première traversée.
- Justement ! Et si ton bâteau couler lui aussi ?
- Tu t'inquiéte pour moi ou quoi ?
- Non ! C'est juste que...
- Laisse tomber tu veux, je sais que tu t'inquiète mais il n'y vraiment pas de quoi. Je ne prendrais jamais le bâteau, j'ai trop peur du bâteau, justement à cause de ce film. Je préfére l'avion.
- C'est vrai ça ? Tu as peur du bâteau ? Je l'ignorais.
- Je te l'ai dit hier tu ignore encore pleins de choses sur moi.
- Et moi qui croyait te connaitre.
Tony et Ziva se regardèrent intensément.
Pensées de Tony:
Ma parole, on devient de plus en plus proche elle et moi. Comment ça se fait ? On dirait que c'est depuis hier. Qu'est-ce que je dois faire ? L'embrasser ? Non ! Non... Tony tu ne peux pas faire ça, réveille toi mon vieux. C'est pas possible, elle t'aime pas... ou plutôt pas comme toi.
 
Pensées de Ziva:
Oula ! Depuis hier, il y a beaucoup de situations comme celle-ci. On dirait qu'on va s'embrasser, on dirait qu'il est amoureux de moi. Oh non ! Ziva n'y pense pas ! Ce n'est tout simplement pas possible !
 
En étant plonger dans leur pensées Tony et Ziva s'était rapproché. Ils allaient s'embrasser au moment ou Tony détourna la tête. Ziva embrassa donc la joue de Tony. Elle confirma donc sa pensée, il n'était pas amoureux d'elle. Déçu elle baissa la tête. Tony le remarqua.
- Tu es déçu de ne pas m'avoir embrasser ? Demanda-t-il.
- Oui... Euh non ! non !
- Oui ou non ?
- Non.
- Moi je suis sûr que si. Avoua Tony.
- Moi je dis que non.
- T'es sûre ?
- Oui.
Tony la regarda d'un regard insistant, elle crût donc qu'elle était découverte. Elle voulu donc tout lui avouer. Elle se ravissa au dernier moment. A la place elle alla se coucher. Elle prit dans osn armoire, un jogging, et tee-shirt gris, puis alla se changer dans la salle de bain. Quand elle revint Tony était déjà coucher, et il sembler l'attendre dans son lit.
- Qu'est-ce que tu fais là ? Demanda-t-elle.
- Ben je suis au lit, tu me dois une récompense je te rapel.
Se rappellant qu'il disait vrai elle le laissa dormir à ses côtés. Tony vit qu'elle était quand même gênée, du coup il s'éloigna le plus d'elle. Ziva comprit qu'il faisait ça pour elle, mais elle ne voulait pas non plus être trop loin de lui. Elle se rapprocha donc de plus en plus de lui. Comme ils étaient dos à dos ils ne savaient ou se trouver l'autre. Et quand Tony se retourna brusquement. Seulement, il ne s'attendait pas à ce que Ziva se,soit rapprocher de lui, et encore moj  à ce point là ! En effet en se retournant, son nez toucha celui de Ziva qui s'était retourner un peu avant lui. Ziva avait les yeux fermés, elle ne voyait donc pas ce qui se passait. Tony fit donc un truc de dingue... il lui déposa un doux et léger baiser sur les lèvres. Sauf que... Ziva ne dormait pas et se réveilla après ce baiser. Tony baissa le regard en croisant celui de Ziva, qui le regarder avec un air d'incompréhension.
- Qu'est-ce que tu viens de faire ? Demanda-t-elle.
- Euh... Rien du tout. Essaya-t-il, très peu convaincant.
- Tony ?
- Mais si tu le sais, pourquoi tu demande ?
- Pour savoir si tu assume.
- Oui j'assume ! Je t'ais embrasser, et alors ?! Je n'y suis pour rien... j'ai était pousser par l'ambiance ! J'étais coller contre toi, tu avais les yeux fermé, alors du coup je t'ai embrasser ! Mais OUI j'assume ! Et...
Il fut interromput par le baiser que lui donna Ziva. Le fait qu'il assumer la rendait très heureuse. Donc elle l'avait embrasser. Tony n'hésita pas, il attrapa la taille de Ziva, et la colla entièrement à lui. Sans rompre leurs baisers, Tony avait rouller et se retrouva sur Ziva. Il la caressa sous son tee-shirt, elle lui caressa le torse. Elle rompit soudain leur baiser, pour aller lui embrasser le torse, en remontant jusqu'à la bouche. Il lui retira son tee-shirt, et lui caressa les seins. Sous ses caresse, les tétons de Ziva se dréssèrent. Il vit donc qu'elle avait envie de lui. Il la regarda dans les yeux et lui fit son sourire charmeur, elle lui répondit pas un autre sourire, avant de l'embrasser. Leur nuit fut courte.
Le lendemain le réveille de Ziva sonna à 5h00. Elle se réveilla et l'éteignit immédiatement. Elle se prépara, mit un jogging, alla prendre son petit déjeuner, et alla courir, après avoir laisser un mot à Tony. Quand ce dernier se réveilla il trouva le mot de Ziva devant ses yeux. Il regarda d'abord l'heure: 07h15. Il se frotta les yeux, puis lût le mot :
'' Tony,
Cette nuit a était génial... mais j'aimerais qu'on en reste là. S'il n'y aurait pas eu cette fichu règle... peut-être que ça aurait marcher...
Désolé, je t'aime. 
                                                  Ziva ''
Une porte s'ouvrit et se referma en claquant. Puis une voix retentit.
- Tony !! 
C'était Ziva qui venait de rentrait de son jogging. Elle entra dans la chambre en larmes. Quand elle vit que Tony pleurait elle comprit qu'il avait lût le mot.
- Tony !! Ecoute... j'y ais repensé en courant... et euh... je ne le pense pas. J'aimerais qu'on aille plus loin. Je... J'avais écrit ça, car... j'avais peur... J'avais peur, qu'on ne puisse pas être ensemble, à cause de la règle 12... mais aussi parce que tu n'a jamais eu de relation sérieuse... et euh... j'ai crût que se serait vite fini... enfin... voila quoi. Expliqua-t-elle à grande vitesse.
Tony se leva et se dirigea vers Ziva, qui était en train de reprendre son souffle. Une fois face à elle, il lui caressa la joue, et lui essuya une larme qui coulait. Il avait encore le mot dans la main alors, devant Ziva, il le chiffona et le jeta en arrière. Elle fut si heureuse qu'elle alla se blottir contre lui.
- Je... je ne veux pas qu'on en reste là. Déclara-t-elle.
- Je sais, avoua-t-il en la serrant plus fort. Moi non plus je ne veux pas. Je ferais tout pour changer, et je sais, qu'avec toi se sera pas compliqué. Je ne ferais rien qui puisse te faire souffrir, déjà en tant que simple ami, j'évitais de te faire souffrir, mais alors en tant que petit ami, se sera encore plus simple. Je te jure que je changerais, et... pour tout t'avouer, moi aussi j'ai peur.
- Pourquoi ?
- Parce que comme tu l'as dis je n'ais jamais eu de relation sérieuse. A part Jeanne, mais elle, c'est une autre histoire. Je croit qu'en fait... tu es la seule... que j'aime vraiment.
- Moi aussi je t'aime Tony.

Une enquête qui rapproche 11/07/2011

                                                                                         4
 
A 07h30 Ziva partit au N.C.I.S. Tony arrivera une demie heure après car il devait se doucher, et aller se changer. Quand il arriva Gibbs lui fit remarquer qu'il était en retard d'une demie heure. Il lui avoua la moitié de la vérité comme excuse: il avait dormi chez un ami, et il avait dût rentrer chez lui se changer et se doucher. Le suspet était en salle d'interrogatoire et Gibbs envoya Ziva l'interroger. Tony se trouver derrière la vitre. Ziva entre dans la pièce et trouva Chaoud assis devant la table.
- Alors monsieur Yulzari, je ne vais pas y allé par quatre chemins, pourquoi avez vous tué ces jeunes filles ?
- Je n'ais tué personne moi !
- Pourtant le père de cette jeune fille a tué votre frère. Expliqua Ziva en désignant la photo d'Eliana.
- Je ne l'ais pas tué ! Et puis réfléchissais, si j'aurais dût tué quelqu'un pour me venger, c'est son père que j'aurais tué !
- Pas si vous vouliez qu'il souffre comme vous avez souffert.
- Et puis même si c'était le cas, il est déjà mort. Il ne souffrira donc pas de la mort de sa fille.
Ziva hésita un long moment, il venait de marquer un point. Chaoud sembla le remarquer, mais Ziva tenta autre chose.
- Ce n'est peut-être pas vous, mais je suis sûre que vous savez quelque chose.
- Peut-être bien...
- Je vous conseille de me dire tout ce que vous savez.
- Sinon quoi ?
Ziva se pencha vers lui, et lui murmura quelque chose à l'oreille.
- Sinon je vous renvoie dans votre pays un coup de pied au cul, car je sais très bien que vous êtes sans papiers, que vous êtes, en plus d'un clandestin, un vrai monstre.
Ce qu'elle vint de dire le froissa, et alors comme elle était proche, il lui attrapa la nuque et l'étalla sur la table. En voyant cela Tony déboula dans la pièce et envoya Chaoud à l'autre bout de la pièce. Ce dernier se précipita sur lui au moment ou il allait aidé Ziva. Il le lança contre le mur, face la première, ce qui le fit saigner du nez. Tony tomba à terre et Chaoud lui donna des coups de pied. En voyent ça, Ziva le fit tomber. Chaoud tomba sur elle, et la frappa au visage. Tony c'était relever, et, par derrière, l'attrapa, le plaqua contre le mur, et lui passa les menottes. Chaoud frappa un dernier coup, en arrière, il donna un coup de pied dans les bijoux de familles de Tony, qui recula sur le coup. Il revint à la charge, l'assit sur la chaise, et mit une deuxième paire de menottes et l'attacha à la chaise, puis sur son poignet. Il prit Ziva par la main puis sortit de la pièce. Une fois dans le couloir il la prit dans ses bras. Elle le regarda et quand elle vit qu'il saignait et lui essuya avec le bout des doigts. Des larmes roulèrent sur ses joues.
- Ben pourquoi tu pleure ? Demanda-t-il.
- Je pensais pas que tu serais capable de ça pour moi. Avoua-t-elle.
- Oh. Tu me vexe là. Tu sais, je suis capable de tout pour toi.
Ils allaient s'embrasser lorsqu'ils entendirent la voix de leur patron dans leur dos.
- Qu'est-ce que vous faite là tous les deux ?
- Euh... Hésitèrent-ils.
- Et pourquoi tu saigne du nez Tony ?
- Ah ça ? C'est rien patron...
Gibbs toucha à peine le nez de Tony pour voir si c'était vraiment rien et...
- Aïe !! Hurla-t-il ou presque, en mettant sa main sur son nez.
- Alors ? Demanda Gibbs, d'un regard insistant.
- C'est ce type... il a dérailler, Ziva lui a dit quelque chose à l'oreille, et il l'a plaqué sur la table. Alors j'ai disjoncté, et je suis entré dans la pièce, on s'est battu, et voila.
- Pourquoi tu t'es mis à le fraper ?
- J'te l'ais dis Gibbs ! Il avait plaqué Ziva sur la table ! J'ai pas pût me contrôler ! Gibbs, je l'aime !
Ziva se tourna brusquement vers Tony, qui avait mis sa main devant sa bouche. Il n'en revenait pas, il avait dit à Gibbs qu'il aimait Ziva. Gibbs regardait son agent avec de gros yeux. Ziva décida de venir en aide à Tony. De toute façon maintenant que la machine était lancé, pourquoi l'arrêtée ?
- Moi aussi je l'aime Gibbs.
Les deux hommes tournèrent la tête vers elle. Gibbs la regardait abasourdi par ces révélations. Tony, lui, la regarder d'un regard de remerciement.
- Alors vous deux... Je ne sais pas ce que je vais faire de vous. Non mais vraiment ! En plus de ça je savez bien que ça arriverais un jour...
- Euh... hein ? Comment ça tu le savais ? Demanda Tony.
- Ben oui Tony ! Je suis pas aveugle ! Tout le monde savait que vous étiez amoureux l'un de l'autre avant même que vous vous en rendiez compte.
-...
- Bon on a un suspect à interrogé. Ziva t'y retourne.
- Bien Gibbs.
Ziva retourna donc en salle d'interrogatoire et fut rassurer de le voir menotter. Tony et Gibbsétait derrière la vitre, Tony serrait les poingts. Ziva prit la parole.
- Sachez que ce que j'ai dis tiens toujours.
- Je m'en doutais.Répondit Chaoud avec un sourire narquois.
- Alors qu'attendez vous pour me dire tout ce que vous savez ?
Il eut un rire froid, qui fit frissoner Ziva.
- Vous ne comprenez rien... Lâcha-t-il.
- Qu'est ce que je ne comprend pas ? Demanda Ziva.
- On sait tout de vous.
- On ?
- Oui ''on''. On sait tout de vous officier David, mais aussi de l'agent Dinozzo, Mcgee, et '' Abby''. Ceux pour qui je travaille ont tué toutes ces filles exprés pour vous mettre sur l'enquête. Et J'AI tué Eliana et toutes ces autres filles pour eux.
- Donc vous avouez les meurtres ?
- Exact.
- Vous passerez votre vie en prison.
- Je n'en suis pas si sûr.
Il rit et lança un dernnier regard à Ziva avant qu'elle ne quitte la salle, un regard glacial. Elle avala sa salive et sortit de la salle. Elle souffla un bon coup une fois à l'extérieur, ce type était fort, trop fort. Une fois que Gibbs et Tony sortit de la pièce, elle alla dans les bras de ce dernier. Tony guetta le regard de Gibbs, quand il le vit, il put voir son accord. C'est donc avec un grand sourire qu'il la serra encore plus contre lui.
- Tony, ce type me fait fliper. Il m'a lancé un regard glacial au moment ou je sortait. Et en plus il est sûr qu'il ne passera pas sa vie en prison.
- Je sais Ziva, j'ai entendu. J'ai bien envie de retourner lui casser la figure.
- Non Tony, tu es 10... non, 1000 fois mieux que ce type. Alors ne le frappe pas, tu te rabaisserais à son niveau autrement. Expliqua Ziva.
- Mais je l'ai frappé tout à l'heure...
- Oui mais c'était pour moi, ça compte pas.
- Hum... T'es sûre ? C'est pas plutôt parce que TU as décider que ça devais pas compter ? Demanda Tony en serrant toujours Ziva dans ses bras, mais en mettant sa tête face à celle de Ziva, et en la regardant dans les yeux.
- Hum... Peut-être bien. Mais on s'en fiche non ?
- Mouais.
- Dis tu peux me rendre un service ?
- Tout c'que tu voudra.
- Embrasse moi.
- O.k
Il l'embrassa donc, d'un baiser doux et tendre, sur la lèvre inférieure.
- C'était bien ?
- Je m'attendez à plus, mais bon...
- Han... d'accord.
Il l'embrassa donc à nouveau. Cette fois-ci c'était un baiser tendre, passioné, et langoureux à la fois.
- C'est mieux comme ça ? Murmura Tony entre deux baisers.
- Huuummhhuuumm.... Répondit Ziva, qui ne pouvait pas articuler à cause des lèvres de Tony sur les siennes.
Il l'a fit basculer à droite, et releva sa tête pour sourire à Ziva, avant de la ré-embrasser. Ziva le serra encore plus fort, seulement, avec son poids appuyer sur elle, Tony la fit basculer et ils tombèrent à terre. Avant qu'ils ne touchent le sol Tony avait, par réflex, mit sa main derrière la nuque de Ziva. Une fois à terre ils rigolèrent avant de se relever et de retourner au Q.G. Quand ils y arrivèrent Abby les serra dans ses bras.
- Bravo, je suis si heureuse ! Alors ? C'est qui qu'a fait le premier pas ? Demanda-t-elle toute exitée.
- Euh... Mais coment... Commença Tony.
- Gibbs l'a dit à tout le monde. Répondit Abby. Mais ça répond pas à ma question ça.
- C'est Tony. Répondit Ziva. Il m'a embrasser alors que je dormais. Enfin... c'est c'qu'il croyait... En disant cette dernière phrase elle s'était collé à Tony et lui tenait le bras.
- Oh ça va hein... n'empêche si je t'aurais pas embrassé on serait pas ensemble aujojurd'hui, et je serais pas prêt à te ré-embrasser.
- Donc heureusement que je dormais pas alors. Déclara Ziva en regardant Tony d'un sourire charmeur qui en disait long.
- Hum... ça veut dire que tu m'aurais attendu encore longtemps ça ?
- Humhum... oui, aussi longtemps qu'il aurait fallu.
- Viens par là toi.
Ils allaient s'embrasser au moment au moment ou ils étaient à 1 centimètre l'un de l'autre, Abby les interrompu.
- Tony je te félicite pour ton courage. Alors ? C'est quand le mariage ?
- Hein ?!? Crièrent les deux concernés en choeur.
- Ben quoi ? Bon alors... La demande en mariage alors ? Demanda Abby en regardant Tony en particulier.
Cette fois Ziva attendit elle aussi la réponse de Tony.
- Euh... Ben je sais pas moi. Pas aujourd'hui, ni dans la semaine en tout cas... J'ai pas la bague... Ben sinon je verrai dès que je pourrais, et que je serais prêt. Et puis faudra tout organisé, une demande en mariage faut que tout soit parfait. Je devrais non seulement acheté la bague, mais aussi un nouveau costume, des roses rouge, trouvé un super resto...
En étant plongé dans son monologue il avait oublié que tous l'écouter avec attention, et surtout Ziva. Il s'arrêta soudain, en se rendant compte qu'il était en train de tout dévoiler devant Ziva il s'arrêta net. Il vit alors la tête que faisait celle-ci, il essaya donc de se reprendre.
- Oui enfin... ça se serait une demande en mariage trop banale à mon goût.
- Est-ce que tu veux dire que je doit m'attendre à encore mieux ?
- Oui... euh non... euh oui, enfin, je sais pas. Je sais pas encore ce que je veux faire alors ... Si moi je sais pas, toi tu peux pas savoir. Au fait c'est quoi ta pierre précieuse préféré ?
- Alors c'est vrai ? T'a l'attention de me demander en mariage ?
- Ben je crois que oui.
A cette réponse Ziva partit dans un coin. Pas parce qu'elle ne voulait pas, au contraire, elle était juste plus heureuse que jamais. Tony l'avait suivi car il avait peur qu'elle soit partit dans le mauvais sens. Il la trouva sur le toit du bâtiment assise contre un mur, le regard dans le vide, et qui brillait de bonheur. En voyant ce regard Tony fut rassurer. Il s'asseya à ses côtés et passa son bras autour de la nuque de Ziva, avant de la faire poser sa t^te sur son épaule.
- Alors ? C'est quoi ma réponse ?
- Le saphir. Répondit-elle enfin.
- Tu sais je sais pas encore quand ça se produira alors... Si 'ta peur que ça aille trop vite, tu n'as pas à t'en faire pour ça.
- Je sais. Je ne m'en fait pas. De plus... Peu importe la façon dont tu me le demandera, ma réponse sera la même, pour n'importe quelle façon.
- Ah oui ?  Et se serait quoi ta réponse ?
- Tu le saura le jour ou tu me posera ta question.
- Ok. Ziva veut tu m'épouser ?
- T'es sérieux là ?
- Euh... Non pas vraiment. Je voulais juste savoir ta réponse, et j'ai pas de bague.
Gibbs donna leur journée à ses agents, il était 11h00, et en échange il devaient TOUS être présent demain à 07h00, pour chercher les supérieur de Chaoud. Ce dernier venait tout juste de se faire embarquer par les flics.


 

Une enquête qui rapproche 13/07/2011

                                                                                      5
 
Tony et Ziva passèrent la journée ensemble en amoureux. Quand ils sortirent du N.C.I.S ils allèrent d'abord se balader en ville, main dans la main. Ils passèrent devant une bijouterie et Ziva regarda les bagues de fiancailles en vitrine.
- Y'en a une qui te plait ? Demanda Tony.
- Non pas vraiment.
- Tu veux aller voir à l'intérieur ?
- Euh... ouais pourquoi pas.
Ils rentrèrent dans la bijouterie et allèrent voir les bagues. Une vendeuse s'approcha d'eux en les voyant si collé et devant les bagues de fiancaille.
- Bonjour je peux vous aidé ? Demanda la jeune femme.
- N... Allait répondre Ziva.
- Oui, vous pourriez nous montrer les bagues en saphir, les plus belles que vous ayez. Interrompit Tony.
- Bien suivez moi.
Tony et Ziva la suivirent et elle leur montra tois belles bagues de fiancaille avec un saphir. Une avait un anneaux d'argent, une autre un en or, et la dernière un en or blanc. Celle en or avait un assez petit saphir, mais très jolie quand même. Celle en argent était tout à fait pareil. Mais celle en or blanc, avait un saphir superbe, et un peu plus gros que les deux autres. Elle brillait, et Ziva semblait avoir craqué dessus.
- Elle te plait ? Demanda Tony en indiquant celle en or blanc.
- Beaucoup. Avoua-t-elle.
- Vous la prenez ? Demanda la vendeuse.
- Pas aujourd'hui, répondit Tony. Mais vous pouvez nous la mettre de côté ? Il y a un délais pour venir la chercher ?
- Oui, vous avez un an.
- Ok, ben mettez la de côté alors.
- Bien monsieur. Mais, sans vouloir être indiscrète, vous lui avez demander sa main quand ? Osa demander la jeune femme.
- Je ne lui ais pas encore demandé, c'est juste qu'on parlé de mariage tout à l'heure, et qu'en voyant la bijouterie on a voulu regarder les bagues. Répondit Tony.
- Et vous comptez la lui demander bientôt ?
- ça je peux pas vous dire si elle est là.
- Oui bien sûr excusez moi. Bon... Je vous la met de côté alors ?
- S'il vous plait.
La vendeuse mit la bague de côté et ils sortirent de la boutique. Ziva était heureuse, si Tony avait fait ça c'est qu'il voulait faire sa vie avec elle. Elle aussi voulait faire sa vie avec lui. Elle était heureuse et le serais encore plus s'il le disait lui même.
- Tu compte réellement me demander en mariage ?
- Si je te le dis ça servirais à rien.
- Mais tu as mis la bague de côté.
- Exact, donc si tu le sais pourquoi tu demande ?
- Tu veux réellement faire ta vie avec moi ?
- Ben oui, mais au pire si on s'entend pas y'a toujours le divorce... Il vit qu'elle était déçu. Mais je pense pas qu'on en arrivera là, car je VEUX faire ma vie avec toi. Avoir DES enfants, et t'a intêret à m'en faire plusieurs, mais avant ça, me marié avec toi, et puis après, être grand père avec toi, et peut-être même arrière grand père avec toi, et vieillir toujours à tes côtés.
Ziva souria, il voulait vraiment faire sa vie avec elle. Elle lui sauta au cou et l'embrassa avec fougue, il n'eut même pas le temps de prendre son souffle. Du coup il rompit très vite le baiser. Mais il reprit les lèvres de Ziva dans un baiser doux et tendre.
- Je t'aime Ziva.
- Je t'aime aussi Tony.
- Tu es mon p'tit coeur, tu es tout pour moi, je mourrais s'il t'arrivais quelque chose.
- NON !! Si je t'aime, aime moi. Si je pleure console moi. Si j'ai peur, rassure moi. Mais si je meurs, je t'en prie ne me suis pas.
- Tu l'a touvé ou ça ? Demanda Tony ému.
- Sur internet. Mais c'est vrai quand même, toi aussi tu es tout pour moi Tony... mon amour.
- Ziva, c'est vraiment beau ce que tu m'a dis avant. Et je te le retourne: si je t'aime, aime moi. Si je pleure, console moi. Si j'ai peur, rassure moi. Mais si je meurs, je t'en suplie ne me suis pas.
- D'accord.
- C'est promis ?
- Si toi aussi tu me le promet.
- Je te le promet.
- C'est promis aussi alors.
Ils continuèrent leur balade main dans la main. A 12h30 ils étaient devant une pizzaria, ils décidèrent d'y rentrer. Tony commanda une Savoyarde, Ziva une 4 fromages. Ils se firent goûter leurs pizza, comme dans un film, en même temps. Il s'avéra que Ziva préféré celle de Tony, il lui offrit donc une part, et elle aussi pour le remercier. Il se régalèrent et sortirent du restaurant à 13h52. Ils décidèrent de s'acheter des glaces italiennes pour rester dans l'Italie. Ziva en avait une à la framboise, et Tony à la pistache.
- Tu me fais goûter ta glace p'tit coeur ? Demanda Tony, qui avait finit par adopter ce surnom.
- Hum... non.
En donnant sa réponse elle lécha sa glace langoureusement, juste pour embêter Tony. Sauf qu'en faisant ça elle s'en était mis partout autour de la bouche. Tony le vit et il lui lécha le tour de la bouche, amoureusement;
- T'es crade Tony.
- Comme si ça t'avais pas plût.
- Je n'ais jamais dis ça.
- Ah ben tu vois.
- Et toi tu me fais goûter ta glace ?
Tony la regarda d'un air coquin. Il prit sa glace, s'en mit autour des lèvres, et les tendis à Ziva. Celle-ci rigola et... détourna la tête. Elle regarda Tony du coin de l'oeil, il était déçu. Elle lui attrapa doucement la nuque, le fit la regarder, et lui lécha le contour des lèvres, avant de l'embrasser. A la fin du baiser Ziva fit une remarque.
- Dis on est a 5 minutes de chez toi là, non ?
- Euh... ouais. Répondit Tony en contemplant les alentours.
- Le dernier arriver fait un streapease à l'autre. Déclara Ziva avant de commencer à courir tout en mangeant sa glace.
- Hé ! C'est d'la triche t'es partit avant !
Il se mit donc à courir. Contrairement à Ziva il jeta sa glace dans une poubelle à 10 mètres. Il pût donc courir un peu plus vite, et arriver aux côtés de Ziva. En le voyant Ziva souris avant de se mettre à courir plus vite. Tony rigola, mais il vit qu'elle n'avait toujours pas jeter sa glace et qu'il avait encore toutes ses chances. Il repoussa donc ses limites comme jamais auparavant. Il les repoussa si bien qu'il réussit à rattraper Ziva juste à la fin. Il entra dans l'immeuble, monta les 3 étages, et rentra dans son appartement. Avant que Ziva n'arrive il déplaca les meubles du salon, et laissa la table basse au milieu, avec le canapé en face. Quand Ziva arriva, la porte d'entrée était entrouverte, elle rentra et trouva Tony allongé sur le canapé. Quand elle se plaça devant lui, il la regarda d'un air coquin.
- Alors ? Demanda-t-il. 
- Hum... J'en ais pas très envie. Et si c'est TOI qui me déshabiller ? Proposa-t-elle avec une moue encore plus coquine que celle de Tony.
- Hum... Non, tu n'avais qu'a songer à ta possibilité de perdre avant de lancer ce défi.
- Je dois bien t'avoué que je pensais gagner.
- Je sais, je t'ai impréssioner ?
- Oui.
- Bon alors... je le mérite ce streapease.
Tony appuya sur un bouton d'une télécommande et  une musique de situation sortit de la chaîne-ifi. Ziva tendit l'oreille et regarda Tony, elle lui fit un petit sourire charmeur. Décidement il avait pensé à tout. Elle alla se mettre debout sur la table et commença donc à danser. Elle avait à peine commencer que Tony se mit à l'aise, et la dévorer du regard. Les gestes de Ziva étaient sensuels, souples, et ils donné envie d'elle à Tony, plus que d'habitude. Ziva le remarqua et commença à retirer son tee-shirt, avec des gestes toujours aussi sensuels, et souples. Une fois qu'elle l'eut retirer elle le lança sur Tony. Ce dernier le senti, juste devant elle, ce qui la fit rire. Elle descendit son pantalon jusqu'à mi-fesses. Avant d'aller plus bas elle se mit à quatre pattes et se dirigea vers Tony. Elle se mit sur lui et lui embrassa le visage, sans passer par la bouche. Il voulu aller plus vite et lui retira, ou plutôt il essayer de lui retirer, son soutien-gorge. Il s'ouvrait par devant alors il crût que se serait très facile, mais elle lui tapa la main avant de retourner sur la table. Elle recommença à danser au rythme de la musique. Tony alla se coller à elle et dansa avec elle. Elle se colla à son torse de dos, et passa ses bras derrière sa nuque. Il sourit et lui encercla la taille de ses bras musclés. Il la souleva brusquement et la fit tournayer. Une fois qu'il eût fini il la plaça face à lui et l'embrassa à pleine bouche sans qu'elle ne s'y attende. A la fin du baiser elle fit une remarque.
- En général les professionelles ne se font pas embrasser par leurs clients.
- Qui a dit que tu étais une professionelle ?Plaisanta-t-il.
- Toi.
- Mais je n'ais rien dis.
- Tes yeux ont parler pour toi.
- Hum ok. Moi j'ai une autre remarque pour toi.
- C'est quoi ?
- En général celles qui font ça ne tutoie pas ceux qui les regarde.
- En général ceux qui regarde les payes.
- Quoi ? Il faut que je paye pour voir ma petite amie nue maintenant ?
- J'aime quand tu parle de moi en disant que je suis ta petite amie.
- Mais c'est c'que tu es, mon p'tit coeur.  
Il allait l'embrasser mais elle le repoussa sur le canapé. Avant de recommencer à danser. Elle finit d'enlever son jean et le lança en arrière. Tony était sous le charme de cette silhouette, et de ces jambes. Ziva était en sous vêtement et faisait de l'effet à Tony, elle le savait, elle le voyait. Elle retourna sur Tony et lui embrassa le cou, elle le lui lécha aussi. Elle allait lui retirer son tee-shirt, mais il l'en empêcha. Il l'allongea sur le canapé et alla prendre sa place sur la table. Il commança une danse de streapeaser professionel. Tout comme elle il retira son tee-shirt qu'il lança sur elle. Il lui prit la main et la fit le rejoindre sur la table. Il lui prit la main et la fit le rejoindre sur la table. Il la colla contre lui et appuya sur un autre bouton de la télécommande, le slow le plus célébre au monde retentit dans son salon: Hôtel California.
- Tu compte réellement nous faire danser un slow en sous vêtement ? demanda Ziva.
- Pourquoi pas ? et puis TOI tu es en sous vêtements, pas moi. Et de toute façon personne ne nous vois. Répondit Tony déterminer.
- Tu trouve pas que ça va trop vite ?
- Non, et puis de toute façon on est déjà en train de danser.
En effet Tony avait piéger Ziva, et, sans qu'elle s'en rende compte, avait commencé à danser.
- Tu a pensé à tout ça en si peu de temps avant que j'arrive ?
- Non, j'y avais déjà pensé en courant.
Ziva lui sourit, et posa sa tête sur l'épaule de son amour. Il descendit de la table, et la porta pour qu'elle fasse de même. Une fois à terre, il la reprit dans ses bras, et reposa sa tête sur son épaule. Pendant toute la chanson il y eutun grand silence, et a la fin, ils restèrent enlacer, sans bouger. Ils ne voulait pas rompre cette étreinte. Soudain Ziva sentit une main en train de caresser son dos. Cette main était en train de remonter, mais si doucement qu'elle la chatouiller. Elle se mit à rire d'ailleurs. Tony arrêta donc ce qu'il avait entreprit pour la chatouiller. Au bout de cinq minutes ils étaient à terre, en train de se chatouiller l'un l'autre.
- Tony arrête s'il te plait... J'étouffe... Je rire de pleure ( pour les fans de secret story ça devrais rappeller quelque chose ).
- On dit je pleure de rire p'tit coeur. Corrigea Tony.
- Arrête quand même je t'en suplie.
- Alors arrête toi aussi.
- Ok j'arrête, mais arrête Tony s'il te plait.
- Ah ben voila.
Il arrêta de la chatouiller, elle fit de même, il se releva, et l'aida à faire de même. ll l'embrassa dès qu'elle fût à sa hauteur. Il lui retira son soutien-gorge et lui embrassa la poitrine. Il monta jusqu'à la gorge, et quand il commença à l'embrasser dans le cou, Ziva pencha la tête en arrière et murmura le nom de Tony. 
- Tony...
- Oui ?
- Tu crois pas qu'on devrais attendre ce soir ?
- Non, on peut le faire maintenant et ce soir aussi. Déclara-t-il en l'embrassant dans le cou, tout en lui caressant les seins.
- Tu m'énerve.
- Pourquoi ?
- Parce que... tu arrive toujours à me faire céder. tu trouve toujours les mots. Répondit-elle avant de lui descendre sa braguette.
Ils étaient en plein acte quand le portable de Ziva sonna. Elle y répondit sous l'oeil attentif de Tony. Seulement après la première phrase de son interlocuteur elle devint inquiète et sortit de la pièce. Une fois dans le couloir elle reprit.
- Qui êtes vous ? Demanda-t-elle.
- Je croit que vous savez très bien qui je suis. Répondit son interlocuteur d'une voix neutre.
- Vous êtes l'un des supérieurs de ce Chaoud.
- Exactement.
- Qu'est-ce que vous voulez ?
- Je veux que VOUS libériez Chaoud.
- Jamais de la vie.
- Sachez que je m'attendais à cette réponse, malheureusement pour vous ce n'est pas la bonne réponse.
A ce moment un coup de feu retentit et Ziva entendit Tony crier. Elle voulu aller le retrouver mais...
- Oh non je vous conseille de ne pas retourner dans cette chambre. Pas maintenant en tout cas, déclara le mystérieux inconnu, en la coupant net dans son élan. Vous pourriez le regrettez, car on a votre petit ami dans notre ligne de mir.
- Mais vous me voyez ?
- Exact.
- Mais... Je suis nue.
- Oh croyez moi ce n'est pas moi qui vais me plaindre.
A ce moment elle partit se cacher derrière une plante.
- Qu'est ce que vous attendez de moi ?
- Qu'est tu prête à faire ?
- Tout ce que vous voudrez. Mais je vous en prie laissez Tony, et l'équipe ne dehors de ça.
- D'accord alors écoute moi bien.
- Je vous écoute.
- Tu va tout d'abord faire tout ce qui est en ton pouvoir pourlibérer Chaoud. Ensuite, tu devra nous amener le dossier de Leroy jethro gibbs, Abby sciuto, Anthony Dinozzo, et Timothy Mcgee.
- Et le mien ?
- Non, tu es de notre côté maintenant. Et ne l'oublie pas, nous avons ton petit ami dans notre ligne de mir.
- D'accord, mais dîtes moi, pourquoi moi ?
- Parce que tu es la meilleure.
Une fois qu'il eût raccrocher Ziva fonça dans la chambre, en larmes. Elle y trouva Tony à terre en train de transpirer et de trembler, il avait reçu une balle dans le bras.
- Tony !!!